Non, je n’ai pas remplacé le sport par la danse !

Non, je n’ai pas remplacé le sport par la danse !

Hello les copains

Chaque jour, vous m’inspirez ! Oui oui… La plupart du temps, c’est VOUS qui me donnez des idées d’articles. Et merci pour cela 😎

Vous êtes nombreux à me demander si j’ai « complètement abandonné le sport pour me consacrer à la danse ». Une interrogation qui est tout à fait légitime puisque je parle de plus en plus de bachata / salsa et de moins en moins de sport. Pour autant, les deux me sont indispensables.

a

La danse de couple : mon nouveau terrain de jeu

Cela fait maintenant 3 mois et demi que je danse. J’ai pourtant l’impression que cela fait des années. Chaque semaine, je passe entre 10 à 20 heures de mon temps à danser : cours et soirées confondus. C’est ce qu’on appelle une révélation. Je me demande même pourquoi je n’ai pas commencé plus tôt. Peu importe, seul le présent importe !

Rien de plus exaltant que sentir son corps vibrer sur du son caliente 🔥

La danse répond à l’un de mes trois besoins identitaires, à savoir la stimulation : me tromper, recommencer, puis réussir. C’est un peu la définition de la vie ça non ?

Alors oui, mon coeur balance entre la paire de baskets et les petits talons brillants. Et finalement, il choisit les deux. 👣

a

Deux activités bien distinctes

Je ne peux pas abandonner le sport pour la danse, pour la simple et bonne raison que ces deux activités répondent à différents besoins. Le sport me permet de me sentir bien dans ma tête et dans mon corps. À la fin d’une séance, je me sens divinement bien, à la fois boostée et apaisée, une sensation très agréable dont je ne pourrais me passer. Transpirer, sentir mon rythme cardiaque accélérer et repousser mes limites en surmontant la douleur engendrée par l’effort : c’est mon truc ! #JeNeSuisPasMaso

Seconde raison : Je tiens absolument à garder la ligne et à rester ferme.

La danse, quant à elle, sublime ce corps de femme. Et le partenaire y contribue grandement. On est comme seul au monde : « Ciao ciao la société, moi j’ai décidé de kiffer, à bientôt ! (ou à jamais) »

a

a

Oui… je suis  une véritable hédoniste décomplexée. Le plaisir doit être à l’origine de chacune de mes actions. En même temps, pourquoi faire les choses si elles ne nous procurent pas de la joie ? Car « il faut bien », « ce n’est pas si facile que ça », « tu comprendras lorsque tu seras plus adulte ».  J’en ai entendu des sottises, et pas qu’un peu !

Ce genre de phrases détermine la vie de millions de personnes. On nous formate à nous résoudre à une vie bourrée de concessions. Et dès que quelqu’un réussit dans un domaine peu conventionnel, on a droit à « il a eu de la chance », « c’est rare », « il ne faut pas prendre son cas pour une généralité ».

Quelle tristesse 😥

Je pense sincèrement que le bonheur, la joie, l’enthousiasme et le sourire sont à la portée de tout le monde. Seulement, rares sont les personnes qui se l’autorisent. J’avais lu un article comme quoi les gens auraient peur du bonheur. Je vous donne en mille pourquoi… Car ils penseraient à l’avance au moment cruel où ce dernier s’arrêterait. En refusant dès le début le bonheur, ils ne prennent pas le risque de souffrir (c’est bien, au moins ils restent en bas, ne se cassent pas la figure et meurent d’ennui).

A

Bref, j’ai le don pour dériver ! Peu importe les sujets que j’aborde, j’en reviens toujours au même point, vous avez remarqué ?

Vie – sens – plaisir 💜

Prenez soin de votre petite personne les amis !

a



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *