J’ai rencontré Hugo : Le fondateur de « Wanted Sport Paris »

J’ai rencontré Hugo : Le fondateur de « Wanted Sport Paris »

C’est la toute première fois que j’écris un article sous forme d’interview. J’aime diversifier le contenu de mon blog, me renouveler mais surtout… vous surprendre !

Je n’ai pas hésité à contacter Hugo. J’ai pensé que cette entrevue pourrait faire l’objet d’un article fructueux. Après son approbation, nous nous sommes retrouvés autour d’un verre (de jus de fruit ).

Sans plus attendre, je vous livre nos échanges.

a

1/ Salut Hugo ! Tu es le fondateur de « Wanted Sport Paris ». De quoi s’agit-il exactement ?

Wanted Sport, c’est un groupe Facebook pour échanger et se rassembler autour d’une passion commune : le sport. On propose des sessions, les gens s’inscrivent et participent. Il y a une innovation autour du sport car il y a cette notion de gratuité. Il n’y a pas de valeur monétaire. Le partage avant tout. De plus, n’importe qui peut organiser les sessions. On ne veut pas concurrencer les salles de sport qui ont une plus value. Néanmoins, les organisateurs ont généralement entre 5 et 10 ans de sport derrière eux. 

a

2/ D’où t’es venue cette merveilleuse idée ?

Cette idée m’est venue autour d’un verre. Avant d’arriver sur Paris, j’ai changé de travail dans la banlieue nord. Je me suis aperçu que c’était très compliqué de rencontrer des gens. J’ai pris connaissance de Wanted Sortie Paris, un groupe qui organise des sorties culturelles. Lors d’une sortie organisée, j’ai rencontré des gens qui ont dit : « Cela serait bien qu’il y ait Wanted Sport ». Je me suis directement proposé pour organiser des sessions. C’était il y a deux ans. 

J’ai donc créé le groupe. Les 6 premiers mois, il y avait 500 personnes d’inscrites. Au début, seule une ou deux personnes participaient aux sessions. Puis, en s’entraînant au musée d’Orsay, les passants s’arrêtaient et venaient nous voir. Ils se posaient des questions sur ce que l’on faisait. C’est notre principal vecteur de communication. Il faut dire, la communication dans un cadre extérieur des cours est plus ouverte. Je ne me sens pas à l’aise dans les salles de sport.

Petit à petit le groupe a grossi : plus de 9200 membres en 2 ans. Quand je propose un cours, tout est complet en 2 minutes.

a

a

3/ Quel genre de cours sont proposés ?

 

  • TRX (méthode d’entraînement basée sur le poids du corps et nécessitant un système de sangles non élastiques)
  • Course à pieds
  • Renforcement musculaire
  • Cross fit
  • Natation
  • Escalade
  • Battle rope (corde de 10 mètres que l’on vient frapper sur le sol. En faisant onduler la corde, on va résister avec le corps. 1 min de Battle rope équivaut à 9 min de course à pieds)
  • Sac bulgare (on fait tourner les sacs autour de nous. Des sacs de 7 à 8 kg pour les filles et 12 kg pour les hommes. Avec le sac bulgare, on gaine, on travaille le cardio et nos appuis)

a

4/ Sont-ils accessibles aux débutants ?

Oui !

a

5/ Quel cours est le plus victime de son succès ?

Tous. On limite le nombre de participants par rapport au matériel que l’on a à disposition et par rapport à l’endroit où l’on pratique. Sur les sessions non limitées en nombre de personnes on se retrouve à 30 (poids du corps, running).

a

6/ As-tu un lieu de prédilection pour tes séances ?

Oui, les Berges de Seine.

a

7/ Quelle est la moyenne d’âge des participants ? 

Entre 25 et 35 ans. Cela peut descendre à 18 et monter à 55/60 ans. Tous les profils sont représentés : étudiants, chefs d’entreprise, personnes accrocs au sport, personnes non habituées…

a

8/ Y a-t-il globalement autant d’hommes que de femmes ? 

Il y a plus de femmes que d’hommes. Les hommes ont énormément de difficultés à se remettre en question (que c’est étrange…!!). L’homme va avoir besoin de challenge, la femme c’est plus de la curiosité.

a

9/ Ce groupe te permet de faire de nouvelles rencontres en permanence. Tu dois bien avoir une anecdote à nous raconter ?

Je m’apprêtais à entamer une session et tout à coup, une fille (que je croyais participante) vient pour me remettre un papier. Sa copine assise au loin était intéressée… 

(Ah le fantasme des coachs !!)

a

10/ A côté, tu es ingénieur en acoustique et vibration dans l’automobile. Tout cela ne te prend-il pas beaucoup de temps ? Comment t’organises-tu ?

Je travaille 10 heures par jour. A 7h30, je suis au boulot et je ne sors qu’à 17h30.

Le sport, pour moi, c’est comme manger et dormir. Ca fait partie de ma personnalité et de mon quotidien.

J’ai commencé à 13 ans car j’étais en surpoids. J’ai mis un an à courir 45 min. Il y a quelque temps, j’ai fait 14h de courses à pieds par semaine pour me préparer à une course de 35h (l’Ultra Tour des 4 Massifs). Une course que j’ai réalisée avec mon père de 63 ans. Dès le début, on s’est dit : on part ensemble et on la finit ensemble. Lorsque plus de 5 mètres nous séparaient, je ne me sentais pas bien. J’avais ce besoin d’être proche de lui. C’est inexplicable. 

a

11/ Quelle est ta principale satisfaction ?  

Voir évoluer les adhérents, tant d’un point de vue psychologique que physique. Des gens qui avaient des problèmes de surpoids et qui, aujourd’hui, sont en pleine forme.

a

12/ « Wanted Sport Paris » en un mot ?

Partage.

a

De quoi joliment clore cette interview 

Voici le lien du groupe Wanted Sport Paris. Bonne nouvelle, il existe, depuis peu, Wanted Sport Bordeaux !

J’ai pris beaucoup de plaisir à rentrer dans la peau d’une journaliste. D’autant plus que le sujet est passionnant. Wanted Sport rend le sport accessible et attractif. Plus encore, il implique l’échange. Et ça… J’achète !

Qu’en pensent mes chers lecteurs ? 

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *