Blog et vie privée : L’art de concilier les deux

Blog et vie privée : L’art de concilier les deux

Lundi 21 novembre 2016 : lancement officiel de mon blog.

Un date clé qui a marqué un tournent dans ma petite vie.

a

a

J’ai pris tellement de plaisir à lire les commentaires de mes amis Facebook ce jour là. Que de gentils messages auxquels j’étais particulièrement sensible.

Très vite, j’ai revisité mes priorités. Pas question que ce blog ne dure que 2 mois.

a

Ma pudeur mise à rude épreuve

À travers mon site, j’ai commencé à parler de moi, sans connaître l’identité de la personne qui allait me lire. Ni même son jugement. Les premiers jours, c’est quelque chose que j’appréhendais beaucoup. J’ai toujours eu du mal avec la critique. Et en m’ouvrant publiquement, je me devais d’y faire face.

Après tout, je n’avais pas vraiment le choix. Toucher des lecteurs en faisant abstraction de mon propre parcours me paraissait difficilement réalisable. D’autant plus que je les incite à se mettre au sport (haha).

J’ai donc franchi le pas en tirant la conclusion suivante : « si je suscite des blâmes, j’aurais au moins le privilège d’être un sujet de conversation ! »

Prise au jeu, j’affiche régulièrement une infime partie de ma vie sur les réseaux, notamment Instagram.

a

Une vie privée fragilisée ?

Pas pour ma part. Je ne publie que du contenu en lien avec la ligne éditoriale de mon blog. Certes, il m’arrive de dériver, notamment à travers des articles comme celui-ci. Mais n’apparait que ce que je souhaite rendre visible

Selon moi, il est fondamental d’avoir son petit jardin secret, de faire des confidences [exclusives] à un nombre de personnes réduit. Ce qui relève du privé doit rester privé. Il ne faut pas confondre blog et journal intime. À moins d’en bloquer le contenu.

a

a

Sans parler de blog, je constate un grand nombre de personnes qui s’affiche à tort et à travers sur les réseaux sociaux. Ce qui, tôt ou tard, finit par leur faire défaut. Décider de rendre publique une déclaration d’amour de 3 mètres de long, c’est devoir assumer tous les « ah bon, t’es plus avec ? Mais pourtant jeudi 3 février à 17H45 c’était l’amour de ta vie ! »

Et ce genre de remarque, on s’en passerait bien.

Les réseaux sociaux, c’est super divertissant, on est tous d’accord là-dessus. Mais, mal manipulés, ils peuvent très rapidement se tourner à notre désavantage.

a

Comment concilier vie privée et présence sur la toile ?

Demandez-vous si vous assumeriez ce contenu auprès de votre (futur) recruteur.

C’est le meilleur moyen de déterminer si la publication relève du privé ou peut être rendue publique !

À bon entendeur… 

a



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *